« Back to blog

PREM Group a la volonté ferme de maintenir l’exploitation de ses hôtels en Belgique

Au cours de ces derniers mois, les hôtels, que nous gérons en Belgique pour le propriétaire FLI, ont subi des sérieuses chutes de chiffre d’affaires. Ceci est dû aux fermetures d’usines comme celle de FORD Genk, où 10.000 personnes perdront leur emploi, directement ou indirectement, pendant les 18 mois à venir. Comme gérant professionnel d’hôtels, nous analysons les performances de nos hôtels continuellement. Vu le reculement du marché il nous semblait prudent d’introduire des façons de travailler plus efficaces. A tout moment, nous avons consulté le propriétaire FLI et avons demandé son accord. Ces changements n’affecteraient que 11 personnes sur les 370 employés. Il nous semble qu’un nombre très limité n’accepterait pas nos propositions vu que nous leurs avons offerts d’autres fonctions. Les licenciements directs seront donc très limités. Nous avons informé les syndicats de nos intentions mais malheureusement nous avons reçu une lettre des syndicats nous informant de leur intention d’organiser une grève ou des actions à partir du 10 décembre 2012. Il va sans dire que nous sommes très déçus de cette attitude adoptée par les syndicats, et nous pensons qu’il s’agit là d’une action irresponsable. Nous avons répondu à leur lettre en les informant des implications d’une telle action pour l’entreprise.

Je pense qu’il est important de rappeler ce qui se passe réellement dans notre entreprise en Belgique. Il est primordial que nous conservions tous notre calme en des périodes comme celles-ci, et que nous prenions le temps de comprendre pleinement ce que nous essayons de réaliser.

Au cours de ces derniers mois, nous avons assisté à une chute spectaculaire des ventes dans nos hôtels. Certaines annonces de fermetures d’usines ont eu beaucoup d’écho, comme celle de FORD Genk, mais il ne se passe pas un jour sans que nous apprenions la fermeture ou la réduction d’effectifs de nombreuses petites sociétés. Tous ces événements ont un impact sur bon nombre de nos hôtels, qui connaissent une période nettement plus calme depuis quelques mois. Nous ne sommes pas les seuls touchés, l’ensemble du secteur hôtelier en Belgique est affecté

Lorsque nous avons constaté pour la première fois ce déclin des activités, nous avons bien examiné la manière dont nous opérons et les possibilités de rendre notre entreprise plus efficace afin de nous permettre de survivre à cette crise. Notre objectif est de nous assurer que cette société soit beaucoup plus forte et viable, tout en étant un bon employeur.

C’est pourquoi nous avons établi un plan visant à apporter des changements dans la manière dont nous opérons. Ces changements n’affecteraient que 11 personnes sur les 370 que nous employons actuellement au sein du groupe FLI. Je suis pleinement conscient du fait que le changement peut être difficile, en particulier pour les personnes concernées. C’est pourquoi nous avons prévu de rencontrer ces 11 personnes et d’essayer de leur offrir, dans la mesure du possible, des solutions alternatives au licenciement. Malheureusement, ces solutions ne conviendront pas à tout le monde et certains licenciements auront lieu, mais nous nous efforçons d’offrir des possibilités à toutes les personnes concernées.

Il est essentiel que nous réalisions ces économies immédiatement et vos syndicats ont été pleinement informés de nos projets lors des 3 réunions du 14 novembre 2012, du 20 novembre 2012 et du 3 décembre 2012. À ces réunions, les syndicats se sont dits d’accord avec le fait que de nouvelles efficacités étaient nécessaires à la lumière de ce qui se passait dans le secteur. Le point sur lequel nous n’étions pas d’accord avec les syndicats concernait les contre-exigences farfelues qu’ils ont adressées à la société à propos des indemnités de licenciement et des garanties pour toutes efficacités futures que nous pourrions souhaiter introduire. Ces exigences des syndicats étaient si couteuses qu’elles auraient fait disparaître les économies que nous tentions de réaliser.

Je tiens à rassurer personnellement tout notre personnel: les mesures que nous prenons sont dans le meilleur intérêt de l’entreprise et de la viabilité à long terme des emplois au sein de nos hôtels. Je ne doute pas qu’il y aura des faillites dans les hôtels en Belgique au cours des prochaines années, nous avons d’ailleurs assisté à la faillite d’un hôtel très important à Anvers ces dernières semaines. Je suis déterminé à éviter qu’un tel événement survienne dans l’un de nos hôtels. Mais je ne peux donner de garanties. Par ailleurs, si l’activité reprend en 2013, nous pourrions augmenter les effectifs au sein du groupe, mais personne ne peut prédire ce que l’avenir nous réserve.

Ce que je peux garantir, c’est que je travaillerai sans relâche afin d’assurer la viabilité à long terme de cette société et la sécurité du plus grand nombre possible d’emplois. Mais je ne peux pas le faire seul, et j’ai besoin du soutien de tous les collaborateurs et de la direction. Si cela implique que nous devons changer la manière dont nous communiquons avec vous à l’avenir, je serai ravi de me mettre autour de la table pour en discuter.

J’accepte totalement le droit de grève de tous les collaborateurs, s’ils ont une raison valable de le faire. Dans le cas présent, je pense que l’action de grève sera contre-productive et pourrait avoir pour résultat d’engendrer une situation où il y aurait encore plus de pertes d’emplois au sein du groupe. Si une grève est bel et bien menée, nous prendrons toutes les mesures nécessaires afin de protéger l’entreprise.

Enfin, si vous avez des préoccupations ou des questions, n’hésitez pas à m’en parler, ou à votre GM, chef de département, ou toute autre personne faisant partie de la direction du groupe PREM. Je joints ci-dessous certains de nos numéros de téléphone, n’hésitez pas à nous contacter à tout moment, en toute confiance.

Cordialement,

Jim Murphy
CEO
Groupe PREM
Au nom de FLI

Numéros de téléphone portable :

  • Jim Murphy: +353.86.24.29.254
  • Patrick De Peuter: 0476/27.00.38
  • Kathy De Bruyne: 0475/29.26.51